Salaire d’un podologue en 2024 : on fait le point

Accueil » Podologie » Salaire d’un podologue en 2024 : on fait le point
Dernière modification le 31/01/2024
Facebook
Twitter
LinkedIn

Sommaire

Le podologue est un professionnel de santé qui joue un rôle essentiel dans la prise en charge des affections des pieds. Le métier de podologue suscite d’ailleurs un intérêt croissant ces dernières années. On est passé de 12 824 inscrits à l’Ordre National des pédicures-podologues en 2015 à 14 318 en 2021. Près de 97 % d’entre eux exercent exclusivement dans leur propre cabinet. Une forte attractivité probablement liée au salaire perçu par un podologue libéral. Maddie fait le point à ce sujet.

Les écarts de salaire selon le statut du podologue

 

Il existe différents statuts pour exercer le métier de podologue. Il peut travailler en activité libérale, être salarié du droit privé ou fonctionnaire. Selon le cas, le salaire du podologue est très variable.

Le salaire d’un podologue en cabinet libéral

 

La fourchette de salaire d’un podologue à son compte est large, car elle dépend de plusieurs facteurs :

  • les années d’expérience ;
  • le nombre d’heures de consultation ;
  • le volume de clientèle ;
  • l’implantation géographique liée au nombre de confrères à proximité et au niveau de vie de la population locale ;
  • les spécialités : pédicurie, podologie du coureur, orthopédie, etc.

Rappelons que la podologie n’est pas toujours associée à la pédicurie qui agit principalement sur les soins esthétiques et l’entretien des pieds. Pour des ongles incarnés par exemple, l’Assurance Maladie recommande au patient de consulter un podologue.

Après trois années d’études et l’obtention du diplôme d’état, le podologue débutant perçoit entre 1 500 et 2 000 € net par mois, soit autour de 40 000 € brut annuel. 

Il faut ensuite au moins 3 ans pour amortir les charges liées à l’installation, se faire connaître auprès des patients et donc prétendre à plus.

Un podologue expérimenté se rémunère aujourd’hui entre 2 000 € et 3 000 € net par mois. Dans le meilleur des cas, il peut se rétribuer jusqu’à 8 000 € net mensuel.

Par contre, contrairement aux podologues salariés ou fonctionnaires, il doit supporter un certain nombre de dépenses :

  • les loyers et les charges associées (énergie, entretien…) ;
  • les frais administratifs : comptabilité, assurance, publicité, etc. ;
  • l’investissement dans les équipements médicaux ;
  • le petit matériel et les fournitures ;
  • les cotisations sociales : l’assurance-maladie, la CARPIMKO, etc. ;
  • les charges fiscales.

 

Le salaire d’un podologue dans la fonction publique hospitalière

 

La rémunération d’un agent pédicure-podologue de la fonction publique hospitalière est beaucoup moins élevée que celle du secteur privé. Elle est réglementée et dépend du grade de l’agent. En mai 2023, les fourchettes de rémunération brute mensuelle sont les suivantes :

  • pour un pédicure-podologue de classe normale : entre 1 919 € et 3 313 € ;
  • pour un pédicure-podologue de classe supérieure : entre 2 190 € et 3 554 €.

Il est important de noter que ces chiffres ne prennent pas en compte les éventuelles indemnités, primes ou bonifications auxquelles le fonctionnaire peut avoir droit.

Les honoraires de podologie en 2024

 

La rémunération dépend avant tout du tarif des consultations. Un podologue exerce en étant soit conventionné (secteur 1 ou secteur 2 s’il pratique le dépassement d’honoraires), soit non conventionné. Voyons quels impacts a ce choix sur le salaire.

Les tarifs conventionnels d’un pédicure-podologue en 2024

 

En France, les podologues en secteur 1 fixent leurs honoraires en se référant à la convention nationale des pédicures-podologues. Elle établit les tarifs de remboursement des actes réalisés par les podologues.

Les honoraires sont basés sur une nomenclature qui classe les actes en différentes catégories avec des codes spécifiques. Chacun d’entre eux est associé à un tarif de base défini par la convention. 

En 2023, le tarif d’un examen clinique d’un podologue (lettre clé POD) est fixé à 27 €.

Notons qu’en pédicurie-podologie, il n’y a pas de différence en fonction du secteur géographique, sauf pour les DOM-TOM.

À savoir : le montant du remboursement par la Sécurité sociale est minime pour la plupart des patients. Seule la première séance de consultation d’une personne atteinte de diabète est totalement prise en charge par l’Assurance Maladie. 

Les dépassements d’honoraires

 

Un podologue du secteur 2 ou non conventionné peut pratiquer le dépassement d’honoraires à une certaine condition. Depuis le 1er février 2009, il doit remettre un devis au patient dès lors que la facture est d’un montant égal ou supérieur à 70 €.

 

Les perspectives d’évolution de salaire d’un podologue en 2024

 

L’application de la loi RIST

 

La loi RIST du 19 mai 2023 portant « amélioration de l’accès aux soins par la confiance aux professionnels de santé » élargit les compétences pour plusieurs praticiens paramédicaux, dont les pédicures-podologues.

Elle ouvre de nouvelles portes, à savoir :

  • la prescription des orthèses plantaires en première intention ;
  • la gradation en première intention du risque podologique des patients diabétiques et ainsi si nécessaire, la prescription de soins de prévention adaptés.

La spécialisation ou la montée en compétence en podologie

 

En cabinet libéral, le podologue peut choisir un domaine d’expertise (traumatologie, rhumatologie, appareillage pour les semelles orthopédiques) ou diversifier son champ de compétence avec l’ostéopathie par exemple. 

À l’hôpital, un agent peut préparer le diplôme de cadre de santé pour devenir formateur ou occuper des fonctions d’encadrement après 4 ans d’exercice.

La collaboration avec d’autres professionnels de la santé

 

Travailler avec des médecins, des kinésithérapeutes, des orthopédistes peut non seulement améliorer la qualité des soins prodigués aux patients, mais également créer des opportunités de recommandations. C’est aussi un moyen de mutualiser ses charges.

 

5 idées à retenir sur le salaire d’un podologue en 2024

 

  • Le salaire moyen d’un podologue en France en 2023 est de 3 089 euros net par mois.
  • Les salaires des podologues varient selon leur statut, leur expérience et leur lieu d’implantation.
  • Les podologues en activité libérale peuvent prétendre à un salaire moyen beaucoup plus élevé que ceux qui travaillent dans la fonction publique hospitalière.
  • S’ils sont non conventionnés, les podologues peuvent fixer leurs tarifs librement. 
  • L’élargissement des compétences inscrites dans la loi RIST ouvre de nouvelles perspectives aux podologues pour améliorer leurs revenus.

📝 Lire l’article : Salaires kinés 2024 : Où en est-on ?” 

Découvrez aussi d'autres articles

Retour en haut

La solution d’agenda tout-en-un pour les professionnels de santé qui aiment faire des économies tout en optimisant leur planning. Déjà plus de 2000 libéraux satisfaits.